• La petite histoire...

    Aujourd'hui, je vais vous parler de la création de mon roman "Dans l'ombre du Créspucule".

    C'est une chose certaine : j'aime inventer des histoires ! Déjà tout petit, vers 4 ou 5 ans, j'inventais des aventures palpitantes dans lesquelles mes nounours et poupées (oui, j'ai eu les poupées, Nicolas et Pimprenelle qui allaient avec Nounours) se retrouvaient embarqués et devaient mettre tout en œuvre pour s'en sortir.

    Ensuite, à l'adolescence, j'ai rempli une petite dizaine des cahiers avec ma propre histoire : mon journal intime. Mais très vite, ce journal est devenu trop étroit. Impossible pour moi de faire une page par jour et de n'y raconter qu'un ou deux événements de la journée. J'ai commencé à lier les jours, à romancer ma vie et à écrire mon véritable premier roman égocentré.

    Je n'ai jamais arrêté depuis l'adolescence. J'ai griffonné des tas de pages de cahiers avec des nouvelles fantastiques, des récits de science-fiction ou des histoires érotiques.

    Et puis un jour de 1999, j'ai commencé à écrire une nouvelle policière. Elle mettait en scène un informaticien piégé dans un complot international fomenté par une secte alors qu'il voulait sortir son ex-petite amie de là. Il était finalement obligé de commettre des crimes pour s'en sortir et sauver sa peau...

    Cette histoire, qui faisait alors une quarantaine de pages, a grossi au fil des années (16 ans !) et s'est étoffée avec de nouveaux faits, de nouveaux personnages, dont le commissaire et son équipe, qui enquêtent sur les crimes de l'informaticien, la femme du commissaire et le personnage principal féminin s'est complexifié, de victime elle est devenue manipulatrice... et un peu paumée. A force d'étoffer mon récit et de le rendre plus riche et plus réaliste, je me suis retrouvé face à 400 pages de récit, en format A4 ! Et, là, il a fallu en couper un tier... Aie ! Cela a été un déchirement ! Car mon histoire était impubliable telle qu'elle, trop grosse... elle aurait fait plus de 600 pages en format standard. J'ai donc "sabré" une bonne partie de la vie de l'informaticien et du récit de son passé amoureux avec cette fille.

    C'est finalement, de mon passé que j'ai amputé mon roman : car l'histoire de l'informaticien est un peu mon histoire, le récit de ma première grande histoire d'amour et ma première douleur quand ma petite amie de l'époque est partie avec un autre. C'est donc autour de cette histoire personnelle que j'ai brodé, inventé et finalement construit un roman... tout un univers.

    Car cet univers, qui tourne autour de la secte, de l'informaticien et du commissaire, va se poursuivre sur quelques tomes... La secte est complexe, multiforme et a soif de domination. Les gens qu'elle enrôle ne sont pas des tendres et ont aussi, chacun, leurs ambitions, leurs envies de pouvoir, tout n'est pas parfaitement sous contrôle et il faudra du temps pour que le commissaire et l'informaticien collaborent enfin et arrêtent cette secte de fous furieux. Mais sans leurs femmes, cette histoire seraient bien triste et mono-thème... et les histoires d'amour compliquent bien souvent les choses comme vous le savez !

    Mon roman est donc aujourd'hui la combinaison de plusieurs choses :
    - une poursuite policière, autour de cybercrimes, d'homicides, de viols et d'attentats,
    - une histoire d'amitié entre deux hommes que tout oppose (un flic et un voyou),
    - une histoire de couple, avec l'usure du temps et les tensions qu'elle engendre, les rancunes et les rancœurs accumulées,
    - une poursuite d'un amour impossible, un rêve d'un homme qui aime passionnément une femme complexe et paumée,
    - un plongeon dans l'univers de l'informatique, des hackers, des virus et de l'espionnage,
    - une immersion dans une secte sans état d'âme qui veut prendre la main sur le monde économique et diriger nos vies.

    Comme l'a très bien dit une lectrice dans un commentaire sur Amazon : "plusieurs histoires en parallèle dans un seul roman, et pourtant très  facile à lire".  happy

    Mon premier roman, "Dans l'ombre du Crépuscule", est disponible ici sur Amazon...

    « 205 exemplaires !Elle était une fois... »
    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :